Cancer familles
Cancer familles

Listes de discussions Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien

Brèves

  • CANCER DU POUMON

    Le lundi 30 avril

    CANCER DU POUMON - TRAITEMENTS CIBLES En 2009, le Professeur Paul Hofman, (anatomopathologiste - Hôpital Pasteur à Nice/06) évoquait dans les (...)
  • CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE

    Le lundi 30 avril

    CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE C'est une avancée significative dans l'offensive contre le cancer qui vient d'être accompli par une équipe de (...)
  • DETECTION DU CANCER PAR LES CHIENS

    Le samedi 23 avril

    Les chiens détectent les cancers humains Des détections meilleures par les chiens que par les machines ? http://www.suite101.fr/content/les-chiens-dep
Date : 21 février 2007
par  Giselle Penat

Accueil > Bloc infos  > Médicaments - Produits

LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE

EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
Rappel : Ce texte ne peut avoir qu’un but informatif, et ne peut en aucun cas être assimilé à un avis médical. Toute information relative à une thérapeutique ou à un diagnostic doit être reçue sous réserve ; seul votre medecin est habilité à confirmer la validité d’une telle information.


Mots clefs associées

Chimiothérapie

la chimiothérapie agit au niveau de la MOELLE OSSEUSE où sont fabriqués les GLOBULES ROUGES, LES GLOBULES BLANCS et LES PLAQUETTES. Ces éléments diminuent alors dans le sang. Des prises de sang régulières permettent de les surveiller.

Une diminution temporaire de certains globules blancs :
Les globules blancs protègent l’organisme contre les infections. La quantité de certains d’eux appelés POLYNUCLEAIRES NEUTROPHILES, diminue presque toujours après une chimio. On parle alors de NEUTROPENIE. Une neutropénie survient habituellement la 2° semaine qui suit le traitement. Le nombre de globules blancs remonte le plus souvent en moins de 3 semaines. Cette remontée est indépendante de l’alimentation et des conditions de vie. Si la quantité des globules blancs n’est pas remontée avant la séance de chimio suivante, le médecin peut décider de la retarder ou d’en modifier les doses. Dans certains cas, pour corriger la baisse des globules blancs ou pour empêcher qu’elle ne soit trop importante et limiter un risque d’infection, le médecin prescrit des facteurs de croissance. Ces substances sont produites normalement dans la moelle osseuse. En cours de chimio, une quantité plus importante de ces substances peut être nécessaire afin de stimuler la moelle osseuse et d’augmenter la quantité de globules blancs fabriqués. Ces médicaments sont alors administrés dès le lendemain de la séance de chimio pendant une durée variable de 4 à 10 jours. Une infirmière vient au domicile du patient lui injecter ces facteurs de croissance (injection sous la peau). Ces facteurs de croissance sont parfois responsables d’effets secondaires (légère fièvre, douleurs musculaires qui ressemblent aux courbatures comme lors d’une grippe).

Des douleurs osseuses peuvent aussi apparaître. L’endroit où se fait l’injection peut aussi être douloureux. Si ces symptômes apparaissent des anti-douleurs (paracétamol par exemple) peuvent être prescrits lors de chaque injection. L’utilisation des facteurs de croissance est limitée à certains PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE.

Lorsque le traitement de chimio entraîne une chute des globules blancs, la capacité de l’organisme à se défendre contre les infections est diminuée. Le malade est alors plus exposé aux infections, d’où l’importance d’essayer d’éviter les injections.
Pour ce faire, lorsque la quantité de globules blancs chute, il est recommandé d’éviter :
-  le contact avec des personnes enrhumées, grippées ou atteintes de maladies infectieuses (varicelle, herpès etc.)
-  les transports en commun
-  les travaux qui soulèvent des poussières
-  les piscines
-  certains aliments tels que les crustacés, le lait cru et les fromages au lait cru, les œufs, la charcuterie à la coupe, les pâtisseries à la crème du commerce, la consommation de légumes ou de fruits crus. Seuls les légumes et fruits qui s’épluchent et qui sont préparés au dernier moment peuvent être consommés.
-  De manipuler des fleurs coupées
-  De toucher les animaux domestiques et leurs excréments

Il est tout de même conseillé dans le cadre d’une vie normale de :
-  bien se couvrir pour sortir
-  cuire suffisamment les aliments (viande, poisson)
-  prendre une douche ou un bain tous les jours
-  de se laver les mains plusieurs fois par jour, surtout après le passage aux toilettes et avant les repas
-  maintenir une bonne hygiène de la bouche
-  porter des gants pour le ménage et le jardinage
-  faire attention en se coupant les ongles
-  privilégier l’usage du rasoir électrique
-  laver abondamment avec de l’eau et du savon une éventuelle plaie avant de la désinfecter et de mettre un pansement

si une APLASIE apparaît en plus de la fièvre, il est indispensable de voir son médecin. Dans ce cas une hospitalisation est souvent nécessaire pour mieux surveiller le malade.

DIMINUTION DES GLOBULES ROUGES

Les globules rouges (HEMATIES) sont nécessaires pour transporter l’oxygène dans l’organisme. La quantité des de globules rouges peut diminuer de façon modérée avec un traitement de chimio.
Cette baisse s’appelle l’ANEMIE. Le nombre de globules rouges diminue toujours en fin de chimio et parfois, bien après la fin du traitement.
Cette anémie peut entraîner une pâleur de la peau, des muqueuses, des difficultés à respirer, surtout lors d’un effort, une fatigue ou des vertiges. En cas de forte anémie, il peut être nécessaire de faire une transfusion de globules rouges. Le médecin peut également prescrire l’érythropoïétine(abrégé en EPO) - ce médicament va permettre à la moelle osseuse de fabriquer plus de globules rouges qu’à l’ordinaire. Ce produit peut entraîner des maux de tête et nécessite parfois la surveillance de la tension artérielle du patient.

UNE DIMINUTION DES PLAQUETTES

LES PLAQUETTES PERMETTENT AU SANG DE COAGULER, c’est-à-dire qu’elles permettent au sang de former un caillot lors d’une blessure et d’arrêter de couler. La quantité des plaquettes peut diminuer lors d’une chimiothérapie ou à distance du traitement. Cette baisse s’appelle une thrombopénie Lorsque cette thrombopénie est modérée, le médecin se contente de surveiller le nombre des plaquettes, lorsqu’elle est plus importante, il est parfois nécessaire de faire une transfusion de plaquettes.

Il est important de signaler les symptômes suivants :
-  saignements de nez
-  saignements anormaux des gencives lors du brossage des dents
-  apparition inhabituelle de bleus, de petites taches mauves ou rouges sur la peau (« purpura, hématomes » etc)
-  plus rarement des selles noires et d’odeur fétide,
-  la présence de sang dans les urines
-  des vomissements ...
Une thrombopénie peut entraîner un risque d’hémorragie lors de coupures accidentelles.

Chez la femme, certains médicaments peuvent stopper le cycle menstruel. Toutefois lorsqu’il y a une thrombopénie, de fausses règles abondantes peuvent aussi survenir.
Pour prévenir le risque de coupures accidentelles, suivre quelques précautions d’usage :
-  usage du rasoir électrique
-  d’une brosse à dent souple
-  éviter l’aspirine et tous les produits qui en contiennent
-  signaler tout traitement anti-coagulant pris par ailleurs
-  éviter la prise de la température par l’anus

UNE DIMINUTION SIMULTANEE DES GLOBULES BLANCS, DES GLOBULES
ROUGES ET DES PLAQUETTES

si la quantité de globules blancs, rouges et plaquettes chute en même temps de façon trop importante on parle d’APLASIE.
Tous les traitements de chimio n’entraînent pas d’aplasie, cela dépend des doses et du type de médicament administré. Une aplasie apparaît le plus souvent 10 à 12 jours après le traitement.

DES APHTES, UNE SECHERESSE DE LA BOUCHE

L’apparition d’aphtes au niveau de la bouche est un des effets secondaires possible de la chimiothérapie. Leur apparition varie en fonction du protocole de chimiothérapie utilisé.
Il est possible de prévenir leur apparition en suivant quelques conseils adaptés :
-  éviter de manger certains aliments (gruyère, ananas, noix etc.)
-  après le repas, réaliser des bains de bouche prescrits par le médecin ou préparés soi même (mélange d’une cuillère à soupe de sel, de 2 cuillères de bicarbonate de soude et de 1 litre d’eau de Vichy) Les bains de bouche vendus dans le commerce contiennent de l’alcool qui dessèche la muqueuse de la bouche et risquent de provoquer des sensations de brûlure.
-  Brossage des dents avec une brosse souple au moins 3 fois par jour
-  supprimer ou réduire le tabac et l’alcool, surtout dans les premières semaines qui suivent le traitement
-  éviter les aliments trop épicés ou acides (vinaigre, moutarde), secs, croquants, durs
-  sucer des glaçons, des glaces à l’eau et des sorbets, des bonbons à la menthe ..
-  boire beaucoup, au moins 2 litres par jour (eaux minérales, thé, tisanes, boissons à base de cola)
-  privilégier les aliment moelleux et/ou mixés
-  hydrater les lèvres en appliquant un lubrifiant gras (lanoline, vaseline, beurre de karité, de cacao ..)

Certains médicaments de chimiothérapie peuvent entraîner une sécheresse de la bouche à l’origine d’ulcérations, de la langue ou de la gorge, de mucite, de mycoses et parfois des douleurs et une altération du goût.
Des bains de bouche contenant un anesthésique local peuvent soulager.
La baisse des globules blancs, rouges et plaquettes peut rendre la personne plus sensible aux infections de la bouche et des gencives.

LES SOINS DENTAIRES PENDANT UNECHIMIOTHERAPIE OU UNE APLASIE PEUVENT FAVORISER LES INFECTIONS.

C’est pourquoi il est conseillé de faire pratiquer des soins dentaires, s’il y a lieu, avant le début du traitement ; par ailleurs, pendant le traitement quelques consignes d’hygiène dentaire doivent être respectées afin de ne pas avoir à recourir à des soins dentaires :
-  se brosser les dents régulièrement matin et soir, après les repas, à moins que le nombre de plaquettes ne soit trop bas pour éviter tout saignement des gencives
-  utiliser des brossettes inter dentaires pour faciliter le brossage de l’espace entre chaque dent, sans que cela ne saigne
-  bains de bouche comme indiqué plus haut après le brossage des dents
-  si le patient porte un appareil dentaire, veiller à une hygiène très stricte (le nettoyer régulièrement)
-  signaler le moindre problème à son médecin (aphtes, ulcérations, plaques blanches qui ne disparaissent pas au rinçage, douleurs, difficultés pour avaler ou mâcher, saignements excessifs des gencives .. etc.)
-  si toutefois des soins dentaires sont nécessaires en cours de traitement chimio, il est conseillé de demander à son médecin quel est le meilleur moment pour les faire. Informer le dentiste des traitements chimio en cours. Ce dernier peut être amené à prescrire des antibiotiques pour éviter tout risque d’infection.

Chez la femme, une chimiothérapie peut entraîner l’apparition d’aphtes au niveau de la vulve.

LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
-  Nausées et vomissement
-  diarrhée ou constipation
-  sécheresse de la bouche, aphtes,
-  chute des cheveux
-  effets sur le sang
-  fatigue
-  douleurs
-  perturbations de la vie du couple et divers (la liste est longue ..)

N’oublions pas que les médicaments de chimiothérapie s’attaquent non seulement aux cellules cancéreuses mais également aux cellules saines qui se divisent rapidement comme les cellules du tube digestif, les cellules à l’origine des cheveux et des poils, les cellules de la reproduction et les cellules de la moelle osseuse qui fabriquent les globules (blancs, rouges et les plaquettes).
Chaque médicament de chimiothérapie a une toxicité particulière et va donc agresser plus tel ou tel type de cellule.

C’est pour cette raison qu’une chimio peut entraîner à la fois des vomissements, des nausées, des diarrhées, des mucites ou des aphtes, une perte temporaire des cheveux (alopécie), une chute libre des globules et plaquettes etc.
Si les effets secondaires de la chimio sont fréquents, ils ne sont pas systématiques, modérés et temporaires. Ils sont directement liés au type des médicaments administrés, à leurs doses, à leur association à d’autres médicaments, à la réaction individuelle de chaque patient, ainsi qu’à son état général en outre. Les états secondaires peuvent être variables d’une cure de chimio à l’autre.

Ces effets secondaires n’apparaissent pas tous en même temps. Ils ne sont pas liés à l’efficacité de la chimiothérapie. Certains de ces effets secondaires peuvent être limités, voire évités par des médicaments et des soins adaptés. Beaucoup de progrès ont été faits ces dernières années pour améliorer le confort des personnes traitées par chimiothérapie.
Les recommandations du médecin par rapport à ces effets secondaires visent à améliorer la qualité de vie du patient et il est important de les suivre.

(d’après articles publiés dans revue/Ligue contre le Cancer)

Réactions à l'article :
Cliquez ici pour réagir à cet article

  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    6 décembre 2008, par lila

    bonjour j’ai une amie qui a un cancer et suis une chimio et apres chaque seance elle a des pertes de connaissance pendant au moins deux semaines, des vertiges aussi
    cela est - il normale ?

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      7 décembre 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      Les effets de la chimio sont mutliples et variés, de nature différente chez les patients. Chaque cas est unique, tout autant que le cancer dont il est atteint.
      Aussi difficile de dire si de telles réactions sont normales ou pas normales. Avec un cancer, plus rien n’est normal, en fait.
      Aussi faudrait-il que votre amie en parle à l’équipe soignante.
      Les médecins qui la suivent sont les mieux placés pour faire des examens complémentaires et déterminer avec précision la nature de ses malaises.Il suffit parfois de revoir le protocole chimio, de réadapter les doses et/ou de changer un médicament rentrant dans la composition.

      Cordialement

      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien)


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    9 septembre 2008, par stéphanie

    Bonjour
    je vous ecrie car je suie vraiment despèrer,mon papa a un cancer du larynx,et a de la chimio et de la radio thérapie il nous a dit qu’il etait bruler au 3éme degrer ,il vit en milieux carceral ,il a perdu 10klet nous ne savons pas grand choses sur son etat de santé es ce normal qu’il soit bruler au 3éme degré ? merci pour votre reponce

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      9 septembre 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      Difficile de répondre à votre question d’ordre médical.
      Il semblerait, mais ce n’est qu’une hypothèse, que les brûlures aient été induites par la radiothérapie. Ce qui n’est en aucun cas normal.

      Nous ne pouvons pas émettre ici de diagnostic, ce n’est pas notre rôle non plus.
      Aucun médecin ne s’y risquerait non plus à distance, sans voir le patient.

      J’ignore les procédures en milieu carcéral, qui contacter etc.
      Qqs suggestions :
      Les traitements sont-ils administrés en milieu hospitalier ? déjà essayer de se rapprocher des médecins traitants, voir une assistance sociale, les visiteurs de prison, demander des informations et renseignements auprès du Comité de la Ligue contre le Cancer de votre région/département.

      Je vais essayer d’obtenir d’autres infos et les mettrai en ligne.

      Cordialement
      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien - co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)

      http://cancer-familles.medicalistes.org

      Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html
      http://www.donationlousalome.org/
      http://luc-edmond.medicalistes.org/
      http://www.parlersante.fr/
      http://parlersante.blogspot.com/


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    9 septembre 2008

    Bonjour
    je vous ecrie car je suie vraiment despèrer,mon papa a un cancer du larynx,et a de la chimio et de la radio thérapie il nous a dit qu’il etait bruler au 3éme degrer ,il vit en milieux carceral ,il a perdu 10klet nous ne savons pas grand choses sur son etat de santé es ce normal qu’il soit bruler au 3éme degré ? merci pour votre reponce


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    16 juillet 2008

    femme agée de 47ans,suivit et traitèe pour une nèoplasie du sein .J’ai bènèficiè d’une chirurgie+chimio et radiothérapie.09 mois déja passés ,aprés le traitement,les effets secondaires persistent encore(fatigue ,douleurs articulaires,gout et saveur amers,hémorroides .Es-ce normal ?cela m’inquiète trop .

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      18 juillet 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      Les effets des traitements chimio-radiothérapie et divers sont très lourds. Et les réactions chez les malades sont diverses et variées. Les effets secondaires des traitements peuvent perdurer et se faire ressentir encore un an voire bien plus après la fin des traitements. 9 mois ce n’est pas gd chose en fait.

      Une banale grippe peut parfois provoquer des réactions sur du long terme, encore plus quand il s’agit du cancer.

      Consultez votre médecin à ce sujet. Si vous connaissez aussi un bon médecin homéopathe et/ou phytothérapeute/acupuncteur, n’hésitez pas à faire appel aux médecines complémentaires qui sont souvent une aide efficace dans ce cas de figure. Une action combinée et ciblée (homéopathie, oligothérapie, compléments alimentaires, plantes, acupuncture etc) peut permettre au corps de se reconstruire petit à petit et de combattre les désagréments résiduels.

      Ne pas faire n’importe quoi et toujours prendre l’avis d’un bon médecin reconnu dans ce domaine.

      Cordialement
      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien

      co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)

      http://cancer-familles.medicalistes.org

      Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html

      http://www.donationlousalome.org/

      http://luc-edmond.medicalistes.org/

      http://www.parlersante.fr/

      http://parlersante.blogspot.com/


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    6 juillet 2008, par Ambre

    Mon frère a un lymphome et vient de terminer ses séances de chimio. Il avait eu une rémission de deux ans après le er traitement de chimio et radiothérapie.
    Il a des douleurs (sortes de fourmillements douloureux) aux mains et aux pieds.
    Cette réaction est-elle inquiétante ?
    Merci.

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      12 juillet 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      C’est autant que je sache (mais je ne suis pas médecin) ce qu’on classe parmi les effets secondaires de la chimio sous le nom de neuropathies. (Neuropathie périphérique) Ces symptômes peuvent être ressentis selon les cas bien après l’arrêt de la chimio et perdurer.

      Pour info voir qqs sites :
      http://www.cbip.be/Folia/2006/F33F04B.cfm

      http://www.chu-rouen.fr/ssf/pathol/neuropathiesperipheriques.html

      Il faut le signaler à l’équipe médicale en charge du traitement.

      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien -
      co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)

      http://cancer-familles.medicalistes.org

      Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html

      http://www.donationlousalome.org/

      http://www.parlersante.fr/

      http://parlersante.blogspot.com/

      http://luc-edmond.medicalistes.org/

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      28 décembre 2008, par HFouad

      Bonjour

      Tout d’abord je vous remercie, pour ce débat.

      Je vous ecris car je suie vraiment impationné !!!

      Agé de 24 ans, j’été opèré depuis un mois, pour une désarticulation au niveau de la hanche membre inférieure droit (pieds droit) pour la cause d’un sarcome ostéochndrosarcome. et mon médecin ma informé que je suis obligué de passer à la chimio-thérapie, pour écraser les cellule concereuses et il m’a décidé de faire 3 séances.

      J’aimerai bien savoir les effets qui peuvent être incluses dans cette durée de traitement.

      Veuillez agréer Monsieur mes salutations les plus profondes distinguées.

      • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
        29 décembre 2008, par Giselle Penat

        Bonjour,

        Difficile de prévoir quels vont être les effets secondaires de la chimio sur votre corps : chaque patient réagit là aussi de manière différente.

        Vous avez dans tous nos articles postés à ce sujet qqs infos pouvant déjà vous donner une idée. La liste des effets secondaires n’y est peut-être pas exhaustive, ce sont des généralités données, une aide et une approche.

        Mais il est inutile de vous braquer à l’avance sur les possibles effets secondaires du traitement - et il y en aura, c’est certain, plu sou moins violents, plus ou moins atténués - Votre équipe médicale doit être là pour vous aider à affronter le mieux possible ces manifestations. Il n’est pas très bon déjà d’anticiper à l’avance, cela ne servant pas à gd chose de tte manière. Chaque chose en son temps.

        Très cordialement

        Giselle


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    26 mai 2008, par patricia

    merci pour les renseignements .mon compagnon continu sa.chimiotherapie 2eme semaines de soins.peur et angoisse .on lui propose de faire des rayons les médecins ne disent pas grand chose quand a l’évolution de la maladie comment l aider et le soutenir .et une opération au lazer est envisage

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      27 mai 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      Comment aider est souvent en effet la question lancinante que les proches accompagnants se posent ? alors qu’il nous faut bien reconnaître notre impuissance.
      Ce n’est pas surtout aider à tout prix et à n’importe quel prix, mais surtout être là, présent et parfois dans le silence.

      Accompagner un proche atteint d’un cancer est un défi de tous les jours. S’il n’y a pas de recette miracle, la communication et l’écoute de l’autre restent primordiales. Il y a toujours un fossé entre le malade et ses proches et nous ne pouvons pas, malgré notre amour, le franchir car nous ne serons jamais à la place de mais à côté de .. d’où cette énorme difficulté parfois.

      "Il est parfois plus compliqué de regarder quelqu’un se débattre que de se débattre soi-même."

      « La personne malade sait que personne ne peut vivre cette épreuve à sa place. Et pour l’entourage, il y a cette tristesse de ne pouvoir rejoindre l’autre dans sa souffrance. »

      "Les proches ont mal eux aussi, ils se demandent comment aider la personne
      malade. Mais on ne peut pas se mettre à la place de l’autre. Il faut
      accepter d’être à côté. "

      "Le proche ne doit pas forcément être dans le faire mais dans l’être. C’est notre
      présence qui importe. »

      Mais rien ne nous prépare du jour au lendemain à endosser ce rôle d’accompagnant et nous allons devoir nous débrouiller avec nos propres questions, le quotidien, gérer les crises le mieux possible, être là toujours là .. faire face. On devient du jour au lendemain tout en un : co-patient, co-thérapeute etc.

      Qui va prendre alors "notre souffrance en charge" ? comment ne pas se sentir
      souvent "largué" ? et on a l’impression de ne jamais en faire assez ou alors
      trop. Et pas question de se plaindre, nous ne sommes pas atteints nous par
      le cancer. Par "procuration" oui en qq sorte. Et nous ne savons plus parfois
      où est vraiment notre place. A nous de tenir l’équilibre quand tout fout le
      camp. Le cancer fait de nous d’ailleurs les champions de l’équilibre
      précaire, toujours vacillant entre espoir et désespoir, entre le mieux et
      le pire ..

      Nous ne sommes pas des héros, les nôtres ne nous demandent pas de l’être, mais
      nous voudrions tellement être à la hauteur de leurs souffrances .. à vouloir
      trop en faire, nous devenons lourds et insupportables ..

      D’où la necessité d’être aussi entendu et écouté. Et nous sommes là pour en
      parler, ensemble c’est toujours plus facile, même si nous n’avons pas "la
      recette magique" ni la solution idéale. C’est certain.

      Pour cela je vous invite à rejoindre notre liste CANCER FAMILLES.

      A lire exemplaire du journal de Curie avec ce chapitre : "Proches des malades, aider oui mais comment " ?
      document PDF http://www.curie.fr/upload/presse/jic/num_63/comment-aider-malade.pdf

      voir également ce guide d’une centaine de pages, toujours en doc PDF
      http://www.proximologie.com/includes/teasers/right/images/Guide%20proche-novartis.pdf
      "Ce guide s’adresse aux proches d’une personne atteinte d’un cancer. Il a pour but de les aider à mieux cerner le rôle qu’ils peuvent jouer pour l’accompagner pendant la maladie et la soutenir dans cette épreuve."

      L’expérience du cancer et de ses traitements augmente l’interdépendance entre les membres d’une famille. Durant la confrontation à cette affection au pronostic incertain, les proches sont bien plus que des preneurs en charge du membre malade. La psycho-oncologie leur a consacré une attention grandissante. Le cancer atteint profondément et douloureusement non seulement la personne qui en est atteinte mais aussi la famille. Cette dernière est appréhendée aujourd’hui comme un système dont l’évolution est influencée par les phases du cancer et dont l’adaptation dépend aussi de certaines composantes propres à la dynamique familiale.

      N’hésitez pas à demander de l’aide dans les centres anti-cancéreux où sont soignés vos malades. L’accompagnement des proches n’est pas un vain mot.

      Le cancer pose des questions sans réponses (tant au malade qu’à ses proches) et confronte directement à l’horreur de la chute, à la mort au détour du chemin. Ce n’est plus un jour sûrement, mais peut-être dans quelques mois, dans quelques années. Le présent se fige et l’avenir s’effondre.

      D’où la nécessité d’apprendre à vivre tous les moments qui se présentent, le plus intensément possible.

      Cordialement

      Giselle (gestionnaire de la liste Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien)

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      31 mai 2008, par marie

      COURAGE,
      j’ai été traité pour un cancer du sein avec chimio et radiothérapie, les conseils que l’on m’a donné c’est de ne pas se passer de crème sur la peau à l’endroit de la radiothérapie car cela fait comme le soleil sur une peau grasse, cela brule encore plus, à part cela , tout s’est bien passé, pas d’effet secondaires, aujourd’hui je vais bien et je n’ai pas été brulée. il faut garder le moral et y croire c’est très important
      Marie

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      26 octobre 2008, par ledent catherine

      bonjour, mon mari atteint d’un cancer de la vessie a eu 8 séance de chimio a pu se faire opèrer mais a comme effets secondaire de la chimio une perte de sensibilitée aux mains et aux pieds,il est donc fort handicapé et ne peu rien faire ,cela dure depuis le mois de juillet sans aucune bonne évolution ,avez vous un remède ,une solution ,il est désespéré . merci


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    5 mai 2008, par patricia

    mon compagnon est atteint d’ un cancer du larynx chimio je ne connais pas les effets néfastes quelle précaution doit prendre l entourage par apport a la radio activité j ai peur pour lui et comment l accompagner l équipe médicale n’ explique pas l état réel de la maladie

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      7 mai 2008, par Giselle Penat

      Bonjour Patricia,

      1. si votre compagnon est traité par chimiothérapie, aucun risque de radioactivité quelconque ; radiothérapie et chimiothérapie sont 2 choses différentes.

      2. même lorsqu’un patient est traité par radiothérapie, il n’y a aucun risque pour l’entourage. Toutes les précautions sont d’ailleurs prises, selon le type de traitement de radiothérapie, pour que le malade soit isolé selon les règles appliquées dans tous
      les établissements de soins.

      pour exemples : iode radiocatif dans les cas du cancer de la thyroïde - Le traitement par l’iode radioactif nécessite une hospitalisation dans un service spécialisé pendant 2 à 5 jours : chambre seule, pas de visite (hormis personnel soignant), pas de sortie.
      ou encore dans le cas de neuroblastome, quand de la MIBG radioactive est injectée, ce qui rend les patients eux-mêmes radioactifs, et implique là aussi leur isolement.

      Les médecins ne renvoient pas leurs patients avec des risques de radioactivité chez eux ou se promener dans la rue.

      Je vous conseille la lecture de ce document publié par la Ligue contre le Cancer.

      http://www.curie.fr/upload/hopital/fiches_patient/cancer-poumon.pdf
      ainsi que : http://www.canceronet.com/public/types_cancer/types_cancer10.asp

      et rejoignez nos listes de discussion :
      http://sympa.medicalistes.org/wws/info/cancers-bronchiques

      http://sympa.medicalistes.org/wws/info/cancers-orl

      http://sympa.medicalistes.org/wws/info/cancer-familles (liste pour les proches des malades).

      La période des traitements rythme le quotidien de la personne malade et de son entourage. Chaque séance de radiothérapie ou de chimiothérapie est suivie d’effets secondaires : fatigue, douleur, mal-être, etc.

      C’est une période où les moments de découragement sont fréquents, aussi bien pour le patient que pour les proches qui l’accompagnent. L’équilibre familial est perturbé.
      "Malade et proches rentrent dans un nouveau monde : le monde des soins" Et ce n’est pas évident ni facile tous les jours.

      « Le proche est là pour continuer la vie et non la maladie » et il faut savoir réinventer la vie justement, c’est ce que le cancer nous apprend.

      Traverser la maladie est une épreuve pour tous et chacun a besoin de temps pour se retrouver. Il est important de se laisser du temps pour comprendre, échanger et reconstruire les relations avec son entourage. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire face à cette épreuve : chacun réagit à sa façon, selon son caractère, son vécu et son histoire. Discuter de ce que l’on ressent, des besoins de chacun permet d’éviter les malentendus et de trouver un nouvel équilibre au sein de la famille.

      Cordialement

      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien)


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    25 mars 2008

    Bonjour,je fais de la chimio (cancer du sein)qui favorise une chute systhématique de mes globules blancs. Je fais donc des injections (minimum 2) entre les chimios.
    Je voudrais juste savoir les effets de ces injections répétées et si je peux les refuser.
    Merci et bon courage à tous tenez bon.
    Soda

    • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
      31 mars 2008, par Giselle Penat

      Bonjour,

      Cette question est à voir avec votre équipe médicale qui est à même de décider ou non de la poursuite de ce traitement, au vu des résultats sanguins.
      Je pense que vous devez recevoir des piqûres d’EPO - EPREX et/ou de Neupogen ?
      Ceci afin d’éviter ou de lutter contre l’aplasie provoquée par la chimio.
      Je ne suis pas en mesure de vous donner plus de renseignements quant aux effets secondaires de ces médicaments.

      Cordialement
      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien - co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)
      http://cancer-familles.medicalistes.org
      Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html
      le blog de Luc-Edmond
      et la Donation Lou Salomé


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    7 février 2008

    bonjour, merci pour toutes ses informations, mon fils a commencé une chimio hier et les effets ont deja commencé (vomissement,nausees, douleurs, fatigue et paleur de la peau), je souhaite bon courage aux personnes et a leurs familles qui sont dans la meme situation que nous et surtout un prompt rétablissement !!!


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    4 février 2008, par miami

    bravo
    pour cet article il résume en quelques lignes ce que les médecins ne disent pas.
    pour eux c est trop futil ; c est de gagner
    alors a vos brosse a dent avec un bon dentifrice ; se brosser aussi langue et joue conseil de dentiste pour un bon brossage il faut 10 minutes parfois la brosse a dent electrique est trés bien
    il y a aussi l ouie, on devient un peu dure de la feuille pensons a faire un audiograme même s ils disent non
    on a un point de départ
    mais la pêche il faut avoir et pas faire comme le temps


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    26 septembre 2007

    Pour le traitement des aphtes, la solution avec un litre de vichy, une cuillére à soupe de sel, OK, mais le bicarbonate, est-ce de soduim ou bien comme vous l’écrivez : de soude ?

    Merci !


  • LES EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHERAPIE
    10 avril 2007, par marie-annick

    je suis un nouveau membre de la liste,je m’appelle marie-annick et je ne suis pas une jeune femme mais une mère de 54 ans qui a une maman atteinte de carcinome infiltrant du sein de 77 ans qui a déjà des métastases ganglionnaires et avec une grande fatigue due au fait qu’elle a appris qu’elle avait un cancer mais aussi que je suis obligée sur les conseils de l’encologue qui la suit de la placer avec l’accord de ma soeur dans une structure adaptée à sa situation ;je vois que la chimio a de lourdes conséquences et cela me fait peur,je suis infirmière et je connais les effets d’une chimio mais c’est très dur à vivre quand c’est les siens qui sont touchés

Tous les articles de la rubrique

Cette rubrique comporte 5 articles

 
Copyright © 2005 Cancer familles |Site réalisé avec SPIP |

Plus d'infos sur le squelette Spip S-I-I