Cancer familles
Cancer familles

Listes de discussions Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien

Brèves

  • CANCER DU POUMON

    Le lundi 30 avril

    CANCER DU POUMON - TRAITEMENTS CIBLES En 2009, le Professeur Paul Hofman, (anatomopathologiste - Hôpital Pasteur à Nice/06) évoquait dans les (...)
  • CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE

    Le lundi 30 avril

    CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE C'est une avancée significative dans l'offensive contre le cancer qui vient d'être accompli par une équipe de (...)
  • DETECTION DU CANCER PAR LES CHIENS

    Le samedi 23 avril

    Les chiens détectent les cancers humains Des détections meilleures par les chiens que par les machines ? http://www.suite101.fr/content/les-chiens-dep
Date : 27 décembre 2009
par  Giselle Penat

Accueil > Infos Médicales

CANCER : PRENDRE EN COMPTE L’AVANT ET L’APRES - LE PLAN CANCER II

Interview avec le professeur Maurice SCHNEIDER, Président de la Ligue départementale contre le Cancer et secrétaire général de la Ligue Nationale.

Nancy Cattan ncattan@nicematin.fr

dimanche 8 novembre 2009 NICE MATIN/VAR MATIN page 22
Rubrique SANTE



***************************

Parmi les mesures phares du Plan Cancer II, figure l’augmentation du nombre de spécialistes. Qu’en pensez-vous ?

C’est une excellente mesure car il existe malheureusement de moins en moins de spécialistes, en particulier de radiothérapeutes, de pathologistes, d’oncologistes médicaux, d’hématologues spécialistes dans la prise en charge des lymphomes, leucémies, mais aussi de spécialistes non médicaux comme les radiophysiciens ...

Les inégalités géographiques sont au coeur du Nouveau Plan Cancer. Nous sommes dans une région plutôt gâtée.

Effectivement si l’on compare l’incidence du cancer (nombre de nouveaux cas, Ndlr) dans la région Nord, Centre et Sud, on remarque qu’elle est deux fois plus élevée dans le Nord et le Centre que dans notre région.
Les chiffres liés à la mortalité sont tout aussi parlants. Ainsi, le taux de mortalité liée au cancer chez la femme est en moyenne en France de 173,4 pour 100 000 habitants. Le Nord se situe au dessus de cette moyenne, avec un taux de 199,21, pendant que le Sud affiche un taux de "seulement" 141,95. Les différences sont encore plus importantes concernant les hommes, avec une moyenne de 373,5, un taux dans le Nord de 478,39 et dans le Sud, de 291,28.

On le savait déjà, mais c’est confirmé, les classes sociales les plus modestes sont plus touchées que les autres...

C’est malheureusement un fait incontestable : le risque pour un ouvrier d’avoir un cancer est deux fois plus élevé que pour une profession libérale. On peut d’ailleurs à ce sujet rappeler la nécessité de s’intéresser davantage aux cancers professionnels. Plus de deux millions de salariés sont exposés à des substances potentiellement cancérigènes, et parmi ces salariés, les ouvriers constituent encore le gros du bataillon.

BEAUCOUP DE MALADES ONT LE SENTIMENT QU’APRES LES AVOIR SOIGNES, ON LES A LAISSES TOMBER ..

Que peut-on dire de la situation en PACA-EST ?

Nous avons la chance par rapport à d’autres régions, d’avoir suffisamment de cancérologues, un accès aux soins facilité .. il existe en revanche des inégalités concernant la prévention et le dépistage. Ainsi, les femmes du haut et moyen pays, pour des raisons géographiques, échappent pour partie au dépistage organisé du cancer du sein.
Certaines populations, notamment les femmes originaires du Maghreb, sont également moins accessibles aux messages de prévention, et participent insuffisamment au dépistage organisé du cancer du sein, pour des raisons diverses : problème de langue, préoccupations autres que leur santé .. il y a donc encore beaucoup d’efforts à faire.

Le Plan Cancer II insiste sur l’après-cancer. Quelles sont les difficultés rencontrées par les malades ?

A l’espace Ligue, on reçoit beaucoup de personnes "blessées", alors qu’elles sont pourtant guéries, ou en longue rémission. Elles doivent en effet se battre pour retrouver un travail, prendre un crédit ou une assurance .. Beaucoup sont en grandes difficultés financières, elles ont besoin d’aide, et elles ont le sentiment qu’après les avoir soignées pour leur cancer, on les a laissées tomber.

Article signé Nancy CATTAN - ncattan@nicematin.fr

=========================================

L’AVIS DU Dr.PIERRE ALEMANNO, PRESIDENT D’ONCO6*

Ce deuxième Plan marque une continuité dans l’action.
Le premier Plan était surtout centré sur les établissements de soins, publics et privés, avec la mise en place des réunions de concertation pluridisciplinaire, du dispositif d’annonce .. Ces objectifs, nous les avons atteints. Aujourd’hui l’accent est mis sur l’avant-cancer, avec la prévention et le dépistage, et l’après, en insistant sur la place centrale du médecin traitant. Ceal devrait, à terme, permettre de traiter des cancers à un stade plus précoce, donc avec des meilleurs résultats en termes de guérison. Il est par ailleurs important que le médecin traitant, qui reste à l’écart pendant la phase aigüe de la maladie, reprenne sa place. Le PPS (Pan personnalisé de suivi) formalise cet aspect des choses. Autre mesure très importante, le développement de l’imagerie en coupe. Le parc d’IRM est très insuffisant, il n’est pas normal que les patients soient obligés d’attendre 15 à 20 jours pour un examen. On ignore encore comment cette mesure va se traduire dans le département. Dernier point important : l’augmentation du nombre de spécialistes, certes importante, mais qui nécessite en amont une réflexion sur le désintérêt des étudiants en médecine pour certaines spécialités, notamment autour du cancer.

*ONCO6 : est un des centres de coordination de cancérologie de la région.

Réactions à l'article :
Cliquez ici pour réagir à cet article

Tous les articles de la rubrique

Cette rubrique comporte 70 articles

 
Copyright © 2005 Cancer familles |Site réalisé avec SPIP |

Plus d'infos sur le squelette Spip S-I-I