Cancer familles
Cancer familles

Listes de discussions Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien

Brèves

  • CANCER DU POUMON

    Le lundi 30 avril

    CANCER DU POUMON - TRAITEMENTS CIBLES En 2009, le Professeur Paul Hofman, (anatomopathologiste - Hôpital Pasteur à Nice/06) évoquait dans les (...)
  • CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE

    Le lundi 30 avril

    CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE C'est une avancée significative dans l'offensive contre le cancer qui vient d'être accompli par une équipe de (...)
  • DETECTION DU CANCER PAR LES CHIENS

    Le samedi 23 avril

    Les chiens détectent les cancers humains Des détections meilleures par les chiens que par les machines ? http://www.suite101.fr/content/les-chiens-dep
Date : 29 décembre 2009
par  Giselle Penat

Accueil > Infos Médicales

LEUCEMIE

Rubrique SANTE du journal NICE MATIN/VAR MATIN

Nancy CATTAN - ncattan@nicematin.fr

15 Novembre 2009 - page 21



La maladie fait peur. Ou plutôt, elle faisait encore très peur il y a dix ans, avant qu’un traitement révolutionnaire, LE GLIVEC, n’investisse le champ des thérapeutiques. Cette maladie, c’est la LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC), une affection assez rare, liée à une anomalie génétique acquise au cours de la vie (chromosome philadelphia).
"Grâce au glivec qui cible cette anomalie, l’espérance de vie des personnes touchées par la LMC a considérablement augmenté. Aujourd’hui plus de 94% des patients sont en vie huit ans après le début de la maladie. Ils étaient à peine 50% il y a dix ans ..." Qu’espérer de plus ? Que ces "maladies chroniques" puissent se passer un jour de médicaments aux effets secondaires non négligeables.

PAS DE RECHUTE APRES DEUX ANS DE TRAITEMENT

"Nous avons pensé que cela était possible, après qu’une étude à laquelle Nice a participé ait montré qu’une partie des patients traités par le glivec, et chez lesquels on ne décèle plus de trace de la maladie dans le sang, peuvent se passer de traitement sans rechuter. Deux ans après le début de cette expérience, menée sous surveillance médicale très stricte, la maladie continue en effet d’être jugulée. Le problème, c’est que 50% des personnes rechutent lorsqu’on supprime le traitement et doivent, par conséquent, reprendre du glivec " explique le Dr.Laurence Legros, hématologue au CHU de Nice (service d’hématologie de l’Archet 1 - ce service est le Centre de référence pour la Leucémie Myéloïde Chronique, en région PACA-Est. Une centaine de patients y sont suivis.)

A partir de cette observation, les médecins experts dans le domaine de la leucémie ont planché sur les moyens d’obtenir une réponse moléculaire complète (disparition de l’anomalie à long terme) chez tous les patients. C’est ainsi que c’est écrit le chapitre 2 de cette belle histoire thérapeutique : "Nous avons lancé une seconde étude pour évaluer l’efficacité non plus du glivec seul, mais de l’association Glivec et Interféron, une molécule autrefois utilisée dans le traitement de la LMC."
Et là, bonne surprise : la combinaison de ces traitements a permis chez des dizaines de malades d’obtenir la disparition du marqueur de la maladie.
"A partir de ces observations, je crois que l’on peut raisonnablement envisager d’arrêter un jour le traitement chez ces patients, à condition bien sûr de les maintenir sous surveillance médicale stricte, avec des examens biologiques réguliers."

Article signé : Nancy Cattan - ncattan@nicematin.fr

===========================================

DES THERAPIES EFFICACES, MAIS DES EFFETS INDESIRABLES A CONTROLER

La leucémie myéloïde chronique est liée à une anomalie chromosomique (chromosome philadelphia) qui a pour effet de provoquer la prolifération anarchique des cellules souches de la moelle osseuse.
Non prise en charge, la maladie reste grave, voire mortelle, car elle se transforme en leucémie aiguë. Par contre, elle se traite désormais très bien grâce au glivec, premier traitement ciblé apparu il y a dix ans, et plus récemment le sprycel et le tasigna. Ces molécules, très efficaces, sont par contre à l’origine d’effets indésirables, qui nécessitent une surveillance régulière : crampes musculaires, oedème, diarrhée (glivec), démangeaisons, éruption cutanée, problèmes de foie (tasigna), toux, difficulutés à respirer (sprycel).

"Notamment, à cause de ces effets secondaires, que l’on peut contrôler, il est essentiel que les patients soient vus tous les trois à quatre mois par leur hématologue," recommande le Dr.Legros. Qui rappelle encore aux malades la nécessité de se soumettre à une règle fondamentale pour ligoter la maladie : "la prise régulière, tous les jours, de leurs médicaments".


PS

Pour information : sites traitant de la LEM

http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/hemato-cancero/leucemie_myeloide_chronique.htm

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/leucemie-lymphoide-chronique-2777.html

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer/niv2/leucemie-myeloide-chronique.htm

http://www.oncolor.org/referentiels/hemato/leuc_myel_chr_acc.htm

http://www.epo.org/topics/innovation-and-economy/european-inventor/nominees/2009/zimmermann_fr.html

http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=521.0

http://www.chu-rouen.fr/ssf/pathol/leucemiemyeloidechroniquebcrablpositive.html

http://www.springerlink.com/content/p876x25753533042/

http://www.fondationdefrance.org/Nos-Actions/Developper-la-connaissance/Recherche2/Recherche-sur-les-maladies-majeures/Le-cancer/Un-espoir-pour-traiter-la-leucemie-myeloide-chronique

Réactions à l'article :
Cliquez ici pour réagir à cet article

Tous les articles de la rubrique

Cette rubrique comporte 70 articles

 
Copyright © 2005 Cancer familles |Site réalisé avec SPIP |

Plus d'infos sur le squelette Spip S-I-I