Cancer familles
Cancer familles

Listes de discussions Cancer-Familles et Cancer-Deuil-Soutien

Brèves

  • CANCER DU POUMON

    Le lundi 30 avril

    CANCER DU POUMON - TRAITEMENTS CIBLES En 2009, le Professeur Paul Hofman, (anatomopathologiste - Hôpital Pasteur à Nice/06) évoquait dans les (...)
  • CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE

    Le lundi 30 avril

    CANCER : DEJOUER SON AGRESSIVITE C'est une avancée significative dans l'offensive contre le cancer qui vient d'être accompli par une équipe de (...)
  • DETECTION DU CANCER PAR LES CHIENS

    Le samedi 23 avril

    Les chiens détectent les cancers humains Des détections meilleures par les chiens que par les machines ? http://www.suite101.fr/content/les-chiens-dep
Date : 30 décembre 2009
par  Giselle Penat

Accueil > Infos Médicales

DIABETE, CANCER DE LA PROSTATE : UN TRAITEMENT COMMUN ?

Article paru dans le journal NICE-MATIN/VAR-MATIN du 13.12.2009

Rubrique santé page 24

Nancy CATTAN - ncattan@nicematin.fr



=========================================

Traiter des personnes atteintes par un cancer de la prostate par un "vieux" médicament antidiabétique, connu et utilisé depuis 30 ans .... Incongru ?
Peut-être pas si l’on en croit l’ARC (Association pour la recherche sur le cancer), qui vient de remettre une subvention de quelque 50.000 euros à une équipe de chercheurs niçois qui mènent des expériences sur ce thème. Frédéric Bost, chercheur CNRS, au sein du Centre Méditerranéen de médecine nucléaire à Nice dirige cette équipe.

Il explique sa démarche : "Deux observations distinctes nous ont conduits à envisager cette nouvelle perspective thérapeutique du cancer de la prostate. La première repose sur des études épidimiologiques montrant que les patients traités par la METFORMINE, un médicament couramment prescrit contre le diabète de type 2 développent moins de cancers que les patients qui ne bénéficient pas de ce traitement. On sait d’autre part que ce médicament, outre ses capacités à augmenter la sensibilité à l’insuline des cellules musculaires, est capable aussi de ralentir la prolifération de cellules "anormales".

EFFICACE SUR LA TUMEUR ET LES METASTASES

Quant à l’idée de tester ce médicament sur un cancer en particulier, celui de la prostate, il n’est pas uniquement dû à l’extrême fréquence de cette maladie (deuxième cause de décès par cancer chez l’homme) : "Il apparaît que les personnes obèses et diabétiques, si elles ne présentent pas plus de cancers de la prostate que le reste de la population, sont, par contre atteintes de forme beaucoup plus agressives de la maladie .." explique F.Bost.

Les recherches déjà menées par l’équipe niçoise ont confirmé que la METFORMINE inhibe la croissance des cellules cancéreuses de la prostate : "Pour améliorer l’efficacité de ce médicament, nous essayons aujourd’hui de mieux comprendre ses effets, au niveau moléculaire et cellulaire", développe F.Bost. Des essais précliniques, passage obligé avant de tester le médicament chez l’homme, sont par ailleurs déjà en cours, destinés à tester les effets de la METFORMINE sur la croissance des tumeurs et sur la formation des métastases.

Et Frédéric Bost de conclure, optimiste : "La remarquable efficacité de la METFORMINE sur les cellules cancéreuses, démontrée par nos études, ainsi que l’innocuité de ce médicament, pour lequel on n’a jamais relevé d’effets secondaires néfastes chez les patients, laissent espérer des retombées thérapeutiques importantes en cancérologie".

Nancy Cattan - ncattan@nicematin.fr

Article incomplet - suite page 41 du journal pas disponible pour l’instant ...

========================================

UNE REPONSE EFFICACE

Si ces recherches concentrent autant d’intérêt, c’est, qu’en dépit des progrès thérapeutiques, le traitement du cancer de la prostate rencontre un problème majeur : "Quand la tumeur est dépistée à un stade précoce, un traitement hormonal est préconisé qui donne de très bons résultats. Malheureusement, certains patients, au bout de quelques temps, ne répondent plus à ce traitement, et l’on doit recourir à des agents chimiothérapeutiques pour prévenir ou ralentir la formation des métastases. Cette chimio s’avère elle-même parfois inefficace, d’où l’urgence de trouver de nouveaux traitements", explique Frédéric Bost, responsable du projet en cours. Avec les membres de son équipe, il envisage également de tester les effets de l’antidiabétique, prescrit en complément des agents chimiothérapeutiques.

Réactions à l'article :
Cliquez ici pour réagir à cet article

Tous les articles de la rubrique

Cette rubrique comporte 70 articles

 
Copyright © 2005 Cancer familles |Site réalisé avec SPIP |

Plus d'infos sur le squelette Spip S-I-I